Temps de lecture : 3 min

Pourquoi ce livre ?

Plusieurs d’entre vous ont gentiment insisté sur l’intérêt de regrouper (et de réécrire pour les harmoniser) différents articles publiés dans wallonica.org sur le thème de l’expérience opposée aux idéalismes, sur la vanité, l’existentialisme, sur le risque d’essentialiser à outrance, sur la mort du dieu, la complexité personnelle, les infoxMontaignePaul Diel, le Body BuildingNietzsche ou Ernst Cassirer. Bref, sur ‘comment lutter contre les biais cognitifs et l’aliénation qui nous empêchent de penser la vie sainement et librement‘. Autant de thèmes de travail qui gagneraient, disiez-vous, à figurer au cœur d’un essai qui les relierait et modéliserait leur agencement avec force exemples et explications. Qu’il en soit ainsi : essayons l’essai !

L’ouvrage s’adresse à celles et ceux qui sont consciemment “disposés à se mettre d’accord avec eux-mêmes” (Camus) et tient à peu près ce langage :

  1. SATISFACTION. Le bien-être n’est pas un état de plaisir statique et le sentiment “d’être à sa place” procède plutôt d’une activité satisfaisante. Reste qu’il est impératif de se rendre capable d’évaluer sincèrement ce qui est satisfaisant et, pour ce faire, de s’enlever les ‘écailles sur les yeux’ (Proust) ;
  2. CERVEAUX. Les développements récents des neurosciences mettent en évidence que notre Raison n’est pas seule à déterminer notre sentiment de vivre “à propos” et qu’un travail intime peut également participer de notre lucidité : vers l’intérieur, pour identifier nos réactions plus “reptiliennes” et post-traumatiques, comme vers l’extérieur, pour analyser l’effet aliénant des dispositifs (médias) que nous mettons en œuvre ;
  3. FABULATIONS. Reste que notre conscience a besoin d’une représentation du monde qui fait sens et que, là où l’absurde est évident, nous veillons à projeter des fabulations (des formes symboliques, des explications logiques) sur les phénomènes que nous percevons, quelquefois jusqu’à nous aveugler ;
  4. LANGAGE. Médium incontournable entre les phénomènes et la représentation que nous en avons, le langage est le premier témoin des “écailles sur les yeux” qui obèrent notre être-au-monde. Sa maîtrise est une première étape nécessaire, pour restaurer l’attention que nous voulons porter à notre environnement réel ;
  5. INFORMATIONS. La démultiplication exponentielle de ces fabulations par notre usage des technologies de la communication brouille l’écoute et notre conscience a bien du mal à entretenir une hygiène “informationnelle” devant la société du Spectacle. A cette fin, définir un périmètre vital peut s’avérer utile ;
  6. CONFORMITÉ ou CONFIANCE. Notre quotidien est fait de décisions d’agir et à chacune de celles-ci correspond l’alternative entre “être conforme à un modèle” ou “exercer sa puissance dans l’expérience nouvelle.” C’est là que la satisfaction d’une pensée plus libre et clairement formulée se fait sentir. C’est là que confiance et patience dans l’azur (Valéry) peuvent diminuer l’angoisse du choix.
  7. JONGLER. Être à sa place procède donc d’un travail satisfaisant au quotidien (chap. 1), mené au bord du chaos avec un œil (sans écailles) sur cinq indicateurs de Grande Santé (Nietzsche) : l’incarnation (chap. 2), le degré d’appropriation de la culture (chap. 3), la maîtrise de la verbalisation (chap. 4), l’hygiène informationnelle (chap. 5) et la confiance dans la vie (chap. 6). De cette tâche sans cesse renouvelée (Sisyphe), le modèle visuel pourrait être le Jongleur de mondes (Grandville). Il s’agit en effet de…
      • pouvoir jongler, c’est-à-dire travailler à diminuer la douleur de la distance avec sa réalité,
      • jongler utile, à savoir consacrer son attention à la sélection des phénomènes du monde qui constituent notre périmètre vital,
      • aimer jongler et jouir de son activité satisfaisante plutôt que chercher la reconnaissance dans le Spectacle et dans la conformité…

L’essai sera composé en ligne. Ce texte vous est donc livré dans son état d’avancement du moment, pour débats et commentaires. Il évolue tous les jours : cliquez curieux et parlons-en !

Patrick Thonart